, ,

La ministre des Sports Laura Flessel lance la première Fête du sport du 21 au 23 septembre 2018

Laura Flessel prépare la première fête du sport, du 21 au 23 septembre, malgré l’opposition affichée du CNOSF.

«Ce n’est pas seulement une fête pour célébrer les Jeux mais surtout une fête populaire, en harmonie avec la France. Une France qui bouge, en bonne santé», résume Laura Flessel. La ministre des Sport prépare depuis plusieurs semaines avec ses équipes la première édition de la fête du sport, le week-end du 21 au 23 septembre. Dans l’euphorie de l’attribution des Jeux 2024 à Paris, le 13 septembre dernier, la double championne olympique d’escrime avait pensé sacraliser cette date. «Depuis, on a évolué et préféré adapter la date afin que la fête du sport soit un pont avec les initiatives existantes. Elle aura plus d’impact sur tout un week-end», précise la Guêpe.

Piqué au vif, Denis Masseglia, le président du CNOSF qui organise chaque année son événement Sentez-vous Sport en septembre, a décliné l’invitation de la ministre à y participer. Il reproche notamment le budget de 3 M€ consacré à «un événement non partagé avec le mouvement sportif» et prélevé sur les recettes du Centre national pour le développement du sport (CNDS). «Je suis dans une démarche positive, ma main reste tendue», réplique la ministre sans vouloir polémiquer.

Objectif : trois millions de nouveaux pratiquants

Ces 3 M€ serviront à financer des projets émanant des clubs, associations, entreprises, villes ou encore fédérations à hauteur de 25 000 € par projet maximum. Le ministère des Sports mise sur cent trente projets financés, sur un total de trois cents qui obtiendront le label fête du sport et recevront un «kit de communication» spécifique. «Plusieurs fédérations nous ont déjà dit oui comme le golf, le tennis, l’athlétisme, les échecs, le foot, le rugby ou encore l’équitation. Beaucoup d’autres veulent y participer toujours sur la base du volontariat», précise Laura Flessel. Elle insiste sur l’adhésion de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, Anne Hidalgo, maire de Paris, François Baroin, président de l’association des maires de France ou encore de nombreux ministères comme la Culture, l’Education nationale et l’Intérieur. La Guêpe n’oublie jamais de rappeler l’objectif fixé par le président de la République : aller chercher trois millions de nouveaux pratiquants.

Le public visé du 21 au 23 septembre n’est pas en priorité le fan de sport mais l’ensemble des Français et en particulier les femmes, les personnes en situation de handicap, les jeunes, les personnes âgées et les détenus. «La fête est aussi un moyen de lutter contre l’augmentation de la sédentarité et des affections longue durée», précise la ministre. Elle répond également à la «problématique des clubs qui disent qu’ils ont de moins en moins de licenciés du fait des nouvelles pratiques. Les gens pratiquent de plus en plus de manière non encadrée», poursuit-elle. Plusieurs ambassades devraient aussi participer à un événement qu’elle compare volontiers à la fête de la musique. Les porteurs de projets ont jusqu’au 15 mai pour déposer leur dossier sur le site du ministère des Sports www.sports-gouv.fr. L’ensemble des projets seront examinés par les directions régionales de la Jeunesse et des Sport puis sélectionnés par un comité composé des représentants du ministère, du CNDS et des partenaires institutionnels. Les heureux élus seront avertis à partir du 25 juin.

Source : L’Equipe